Choisir son matelas

Bien choisir son matelas passe par un certain nombre de critères essentiels, variables selon l’usage qui en sera fait (seul ou en couple), la morphologie (taille et poids), les préférences personnelles (couchage ferme ou plutôt souple)… A chaque type d’utilisateur correspond un type de matelas mais, pour effectuer le bon choix, encore faut-il connaître les éléments sur lesquels s’appuyer.

Si vous faites lit commun, nous vous conseillons fortement de vous orienter vers un matelas 160 x 200 cm. Chacun conservera ainsi son autonomie de mouvements sans que le partenaire en subisse les conséquences. Un matelas à ressorts ensachés complétera cette totale indépendance de couchage, condition idéale pour un sommeil réparateur. En couple ou en solo, il est indispensable d’accorder une attention particulière à certains points.

La suspension

Egalement appelé âme du matelas, c’est le point capital de ce dernier. Au fil du temps, les matériaux qui la constituent ont varié : certains ne sont plus guère utilisés pour diverses raisons ; pour exemple, le matelas en laine ne s’avère un bon choix que s’il est 100% laine et fabriqué artisanalement, ce qui explique qu’il soit en perte de vitesse. D’autres (air ou eau) restent assez confidentiels.

En fait, trois technologies se partagent le marché : latex, mousse et ressorts. Quel est l’intérêt de chacune?

1) Les matelas en latex (naturel ou/et synthétique)

présentent des avantages non négligeables : fermeté alliée au moelleux grâce aux diverses zones de confort, longévité et aération liée aux alvéoles. Ils sont généralement considérés comme les meilleurs produits mais n’omettez pas de vous enquérir de la proportion de latex1 naturel constituant la suspension, le meilleur pourcentage démarrant à 15%. Vous trouverez plus d’information sur la page dédiée au matelas latex.

2) Les matelas en mousse se divisent en trois catégories.

Mousse polyéther :

cette mousse à cellule fermée n’est pas destinée à un usage intensif ; fermeté faible, confort limité et durée de vie réduite en font un matériau à réserver à une utilisation ponctuelle telle que résidence secondaire ou chambre d’amis. L’avantage de ce matelas en mousse avantage réside dans son prix tout à fait abordable.

Mousse polyuréthane :

à cellule ouverte, elle est d’une qualité bien supérieure à la précédente ; densité, fermeté et durabilité sont présentes mais son utilisation est déconseillée dans une pièce humide.

Mousse à mémoire de forme :

c’est la suspension haut de gamme. La capacité d’un matelas a memoire de forme à se mouler aux différentes parties du corps en fait le matériau idéal pour les utilisateurs ayant des problèmes de dos. Outre son prix élevé, le principe de réaction à la chaleur qui représente le gros avantage de ce matériau peut se muer en inconvénient : d’une part, dans une pièce non chauffée le matelas restera dur ; d’autre part, en cas de chaleur excessive de votre part, vous transpirerez dans le matelas qui fera office d’enveloppe.

3) Les matelas à ressorts ;

là aussi la qualité, donc l’intérêt d’un matelas a ressorts, varie selon le type de ressorts même s’ils ont en commun d’offrir une bonne ventilation.

Les ressorts biconiques :

ces ressorts traditionnels ont montré leurs limites et sont donc de moins en moins utilisés ; la morphologie du dormeur influe sur la longévité de ce type de matelas, mais tôt ou tard vous en ressentirez désagréablement les ressorts.

Les ressorts multispires :

il s’agit en réalité d’un seul fil d’acier continu offrant un soutien homogène. S’il s’avère plutôt satisfaisant au niveau du confort, le défaut majeur du matelas à ressorts multispires est de n’offrir aucune indépendance de couchage.

Les ressorts ensachés :

chaque ressort, indépendant et enveloppé dans un sac individuel, s’adapte aux différentes parties du corps. Le coût plus élevé de cette catégorie de matelas se justifie par ses avantages : grand confort au niveau des parties sensibles (colonne vertébrale, cervicales, bassin…), bonne aération, longue durée de vie et surtout parfaite indépendance de couchage.

La densité

Exprimée en kg/m3, la densité détermine la fermeté du matelas. Le poids et la taille du dormeur sont les critères de sélection de la densité : à personne lourde, densité élevée. Bien que dépendant de l’idée personnelle que l’on se fait du confort, il vaut mieux opter pour un juste milieu (voir l’article dédié : quelle fermeté de matelas choisir). Trop ferme, des points de pression se situeront au niveau des épaules et des hanches ; trop mou, la corps s’enfoncera dans le matelas, provoquant une incurvation de la colonne vertébrale. 25 kg/m3 est le minimum à respecter et à partir de 70 kg/m3 vous avez l’assurance d’une bonne fermeté.

Le garnissage

Avec le soutien, le garnissage fait partie de ce que l’on appelle l’accueil du matelas, c’est-à-dire la sensation de confort et de douceur que l’on ressent. Laine, soie, coton, lin sont à privilégier dans la mesure où il s’agit de fibres naturelles possédant de grandes qualités thermiques. Ces garnissages comportent toutefois une part de fibres synthétiques améliorant la durabilité et la résilience du matelas. Le tissu recouvrant l’ensemble coeur/garnissage est également très important au niveau de la douceur. Il est nécessaire de s’assurer que les traitements qu’il a pu subir (anti-moisissure, anti-acariens…) sont naturels et non chimiques.

Beaucoup de matelas proposent deux faces : une face été (par exemple en coton) et une face hiver dont la laine ou la soie apporte de la chaleur. Si cette option est appréciable, elle ne doit cependant pas se poser en critère de choix du garnissage. Sachez enfin que le matelas déhoussable est le summum du matelas en terme d’hygiène.

La taille

Les matelas ne se limitent plus aux tailles standards d’antan et il est tout à fait possible de trouver son bonheur entre un matelas 70 x 190 et un modèle 200 x 200. La taille est un critère très important, tant en largeur qu’en longueur, il est donc indispensable de se demander quelle taille de matelas choisir. Le fait de pouvoir se retourner sans réveiller (et sans être réveillé par) son partenaire et de ne pas avoir les jambes recroquevillées toute la nuit si l’on est d’une certaine taille est le garant d’un sommeil réparateur. Et pour les gabarits hors normes, ne pas hésiter à se tourner vers le matelas sur-mesure.

L’indépendance de couchage

En moyenne un individu se retourne 40 fois par nuit. Ces mouvements peuvent être cause de réveils intempestifs pour le dormeur si la largeur du lit ne lui laisse pas toute latitude de les effectuer sans contrainte, mais également pour son partenaire si le matelas les répercute. D’où l’intérêt d’une bonne suspension. L’on comprend mieux alors son importance dans le cas d’un lit partagé : dormir ensemble ne doit pas être synonyme de s’empêcher mutuellement de dormir.

Le matelas à ressorts ensachés est le modèle offrant la meilleure indépendance de couchage. Les fabricants ont bien pris en compte cette problématique et proposent même des matelas offrant des soutiens différents selon le côté. Il est ainsi possible d’avoir deux matelas en un, chaque côté répondant à des besoins personnels.

Outre ces critères incontournables, des petits plus peuvent être pris en compte : labels2 divers et variés, traitement anti-acariens, anti-moisissures, matelas hypoallergéniques… Un point, par contre, est indispensable : l’accord matelas/sommier. Le meilleur des matelas associé à un sommier avachi ou non adapté à son coeur ne sera d’aucune efficacité. Pour exemple, un matelas en mousse doit impérativement s’accompagner d’un sommier à lattes. Cela signifie que si vous changez votre matelas, vous devez également changer votre sommier.

Munis de ces conseils, vous voilà donc en route pour effectuer votre acquisition. Le choix d’un matelas passe par une étape indispensable, comme pour des vêtements ou des chaussures : l’essayage, qui doit d’ailleurs s’effectuer à deux si le matelas est destiné à un couple.

Sans aller jusqu’à une sieste de deux heures au milieu du magasin, prenez 5 à 10 mn pour vous allonger sur le matelas qui aura retenu votre attention. Testez les diverses positions de sommeil (dos, ventre, côté) pour vous assurer que tous les points du corps sont bien soutenus ; retournez-vous dans tous les sens en vérifiant que votre partenaire ne tressaute pas à chaque mouvement ; plantez votre coude dans le matelas : s’il s’enfonce raisonnablement mais pas trop, vous aurez ainsi la preuve d’une bonne densité.

Changer de literie s’avère relativement onéreux même si on décide d’acheter son matelas sur internet ce qui permet en général des économies substantielles. S’il est vrai qu’un sommeil de bonne qualité n’a pas de prix, la somme que l’on est amené à débourser mérite tout de même que l’on s’assure de bien choisir son matelas ainsi que tout ce qui l’accompagne.

  1. Plus d’infos sur le latex []
  2. comme par exemple celui-la []