Le matelas a memoire de forme

A sa sortie sur le marché, le matelas à mémoire de forme est immédiatement apparu comme une révolution dans le domaine de la literie. Si le matelas en mousse traditionnel était loin d’être une nouveauté, la mousse viscoélastique était totalement inconnue du grand public.

La mousse à mémoire de forme apparut pour la première fois sous forme de fauteuils dans les années 70. Ils avaient été fabriqués suite aux recherches de la NASA qui cherchait un matériau susceptible de limiter les points de pression subis par les astronautes lors des décollages. Une vingtaine d’années plus tard, le matelas à mémoire de forme fit son entrée dans le milieu médical puis finit par devenir un élément de literie proposé aux particuliers.

Le matelas à mémoire de forme a nécessité des études très approfondies pour sa conception et répond donc aux critères du matelas très haut de gamme. Attention toutefois aux nombreuses imitations : un matelas à mémoire de forme qui cultive le flou au niveau des précisions sur le confort et la matière n’est souvent qu’un matelas polyuréthane muni d’une minuscule couche de mousse viscoélastique. Le prix est également un indicateur fiable : un premier prix est généralement synonyme de matelas bas de gamme.

Particularités du matelas à mémoire de forme

L’âme du matelas à mémoire de forme est constituée de mousse viscoélastique qui est une matière thermo-réactive. Ceci signifie que le matelas réagit à la chaleur du corps. Ferme au premier contact, l’assouplissement se fait progressivement sous le poids du corps. Sous l’effet de la chaleur les cellules de la mousse moulent le corps et les muscles se relâchent, permettant ainsi une répartition homogène des zones de pression.

Le matelas à mémoire de forme présente une autre spécificité : il revient à sa forme initiale dès que vous effectuez un mouvement puis se réadapte à la position adoptée et recommence à vous mouler. Vous bénéficiez donc de ses bienfaits tout au long de votre sommeil.

Le processus de fabrication de la mousse de forme varie d’un fabricant à l’autre, ce qui explique aussi les disparités dans les prix. Certaines entreprises, pour un coût de revient moindre, utilisent le vieux procédé de coulage : la mousse liquide est mise à sécher dans de grands plateaux. L’inconvénient est que des irrégularités de densité se forment au fil du séchage en raison de la gravité.

Le bon niveau de consistance ne s’atteint que par le procédé de l’injection sous vide : dans les chambres sous vide, la mousse viscoélastique conserve une densité constante, permettant ainsi la fabrication de produits totalement conformes et fiables.

Intérêt du matelas à mémoire de forme

Même sans être affligés de problèmes de santé particuliers, il nous est tous arrivé un jour où l’autre de nous lever avec des courbatures ou des douleurs au niveau du dos et du bassin. La faute en incombe généralement à un matelas trop mou ou trop ferme, soit parce qu’il ne correspondait pas à notre morphologie dès le départ ou alors parce qu’il a fait son temps.

Avec le matelas à mémoire de forme, les points de pression habituels (dos, nuque, bassin, épaules) sont parfaitement soutenus, mais sans compression, la colonne vertébrale conserve sa position initiale et les muscles sont totalement détendus.

L’autre intérêt majeur est l’indépendance de couchage ; les mouvements sont absorbés donc le voisin de lit n’est pas réveillé par la répercussion du moindre geste de l’autre. C’est un avantage très important car même avec le plus parfait des matelas en terme de soutien et de confort, il ne peut y avoir de sommeil réparateur sans indépendance de couchage.

Bien choisir son matelas à mémoire de forme

Le seul fabricant à avoir obtenu la certification de sa technologie par la NASA est la société Tempur. Elle dispose d’un matériau et d’un procédé de fabrication déposés donc avec cette marque on a la certitude d’acquérir le véritable matelas à mémoire de forme. Mais cette exclusivité a un prix et le matelas Tempur est très cher.

Pas d’inquiétude si votre budget ne vous permet pas d’y accéder, d’autres marques commercialisent d’excellents produits. Mais là il ne s’agit plus d’acheter les yeux fermés et certains critères permettent de s’assurer de la qualité du matelas.

  • La densité : la mousse viscoélastique ne peut avoir une densité inférieure à 55 kg/m3 ; nous savons que le confort et la durabilité d’un matelas sont proportionnels à la densité. Pour un matelas à mémoire de forme, la densité idéale est d’au moins 80 kg/m3 pour une personne pesant de 50 à 100 kg.
  • L’épaisseur :rappelons que le matelas à mémoire de forme est un matelas en mousse haute résilience recouverte d’une couche de mousse viscoélastique ; nous ne parlons donc pas ici de l’épaisseur globale du matelas mais de celle de la couche viscoélastique qui doit être d’au moins 7 cm. En dessous de ce chiffre, il ne s’agit plus d’un matelas à mémoire de forme mais d’un matelas mixte.

Concernant le support, le matelas à mémoire de forme ne s’accommode que d’un sommier à lattes, à la fois pour l’aération et parce qu’un matelas en mousse a besoin d’un support dur.

Devant le budget que représente un tel achat, on se pose immanquablement la question de la durabilité. L’absence de ressorts ou de matériaux pouvant s’altérer au fil du temps est déjà un point intéressant. D’autre part, la grande majorité possède un système d’aération (qui vient s’ajouter à la ventilation naturelle que crée le sommier à lattes), a fait l’objet d’un traitement antiacariens et est ignifugé. En y ajoutant la garantie qui va de 10 à 20 ans selon les fabricants, on se dit alors que cela vaut peut-être la peine d’investir dans un matelas à mémoire de forme.

Laisser un commentaire...

*