Quelle fermeté de matelas choisir ?

Se poser la question de la fermeté de matelas à choisir est essentielle. Quand vient le moment de changer sa literie, on a l’impression qu’il s’agit d’une simple formalité. Et une fois devant le choix innombrable proposé sur le marché, l’on ne sait plus vraiment sur quels critères se baser.

Avant de fixer son choix, il y a deux choses primordiales à ne pas perdre de vue : d’une part le sommeil occupe le tiers de notre vie ; d’autre part, la qualité du sommeil est aussi importante, voire même davantage, que la quantité. Or qui dit qualité de sommeil dit literie adaptée.

Les courbatures dont on est susceptible de souffrir au réveil ne tiennent qu’à un facteur : une fermeté de matelas ne correspondant pas à sa morphologie.


La croyance populaire veut que l’on dorme mieux sur un matelas ferme, mais c’est une idée qu’il faut relativiser. Il est vrai qu’un matelas trop souple est cause d’un certain nombre de problèmes : les parties les plus lourdes du corps (thorax, bassin) s’enfoncent davantage que les autres, d’où un déséquilibre de la colonne vertébrale générant des douleurs dorsales. Mais si le matelas est trop ferme, la circulation sanguine en pâtit à cause des points de compression sur le corps et là aussi apparaissent des maux de dos et des raideurs musculaires.

Un bon matelas se doit donc d’être à la fois assez ferme pour soutenir le corps et assez moelleux pour en épouser les formes. Traditionnellement, le soutien du matelas se décompose en trois types : souple, ferme et très ferme. Le facteur déterminant pour choisir la bonne fermeté est le poids de l’utilisateur ; plus sa corpulence est importante, plus le matelas doit être ferme. A noter que les personnes cambrées se trouveront mieux d’un matelas souple permettant l’équilibre entre toutes les parties du corps.

Les magasins de literie disposent généralement de tables morphologiques (indice poids/taille) permettant de vous orienter vers le soutien qui vous sera le plus adapté. En voici un aperçu.

  • Souple : jusqu’à 1,80 m/- de 50 kg
    à partir de 1,60 m/de 50 à 60 kg ;
    à partir de 1,70 m/de 60 à 70 kg ;
    à partir de 1,80 m/de 70 à 80 kg.
  • Ferme : jusqu’à 1,60 m/de 50 à 60 kg ;
    jusqu’à 1,70 m/de 60 à 70 kg ;
    de 1,50 m à 1,80 m/de 70 à 80 kg ;
    à partir de 1,60 m/de 80 à 90 kg ;
    à partir de 1,70 m/de 90 à 100 kg.
  • Très ferme : jusqu’à 1,60 m/de 80 à 90 kg ;
    jusqu’à 1,70 m/jusqu’à 100 kg ;
    au-delà de 100 kg quelle que soit la taille.

Ainsi un individu pesant 78 kg pour 1,74 m aura un bon soutien avec un matelas ferme. Il faut également tenir compte des éventuels problèmes de dos et des habitudes de couchage. Par exemple, un matelas trop souple ou trop ferme est déconseillé à quelqu’un souffrant de scoliose.

Avant d’arrêter votre choix sur un matelas, vous devez le tester : d’abord allongé quelques minutes sans bouger pour vérifier que vous vous y sentez à l’aise ; puis, sur le dos, essayez de passer la main entre vos reins et le matelas : si vous y arrivez, c’est le signe d’une trop grande fermeté. Enfin, si vous éprouvez des difficultés à passer de la position dorsale à la position latérale ou si votre coude s’enfonce quand vous vous appuyez dessus, c’est qu’il est trop mou.

Dernière recommandation : un matelas prévu pour deux personnes s’essaie à deux, la corpulence pouvant varier entre les deux individus. A signaler une intéressante initiative de plusieurs fabricants : commercialiser des matelas ne présentant pas le même soutien des deux côtés. Avec ces modèles, même en cas de grande disparité entre les deux membres du couple, chacun aura l’assurance d’avoir la fermeté qui convient à sa morphologie.

Laisser un commentaire...

*